Breaking News

Le Yi, l’intention le Tai chi en conscience

Qu’est ce que le Yi dans la pensée Chinoise ?

Le Yi est un concept que l’on retrouve dans de nombreux écrits philosophiques de la Chine ancienne. Sa traduction est suivant le contexte: pensée, idée, sens et le plus souvent l’intention.

yi intention

Si on analyse l’idéogramme, on constate que le signe du coeur apparait en bas.

L’origine du Yi est le coeur (intention pure)
Selon le philosophe chinois Wang Yangming, leYi est la source de la connaissance originelle, elle est innée en chacun de nous.

 

 » ce qui commande au corps, c’est l’esprit. Ce qui émane de l’esprit c’est l’intention. Ce qui constitue originellement l’intention, c’est l’aptitude à connaître. Là où se dirige l’intention, ce sont les choses(…).Il n’est pas de principe en dehors de l’esprit, il n’est pas de chose en dehors de l’esprit. »

Citation de Wang Yangming (1472-1529)

 

 

Dans les arts internes comme le qi gong, la notion d’intention est primordiale. La définition de l’intention ou le « focus » anglosaxon est le fait de porter toute l’attention sur un même objet, un même objectif qu’il soit artistique, martial ou dans une visée thérapeutique.

On pourrait résumer le Yi par :

Le Yi est la relation entre l’esprit et l’action

 

 

La notion de Yi se rapproche de la définition d’intention mais englobe un concept plus global, plus profond.

Dans la philosophie chinoise, le Yi se traduit par pensée, sens, idée, intention. Le yi viendrait du cœur, qui selon les anciens est le siège de l’esprit (Shen).

L’esprit (Shen) organise, l’intention (Yi) concentre les moyens et le souffle vital (Qi) circule pour mettre le corps en action.

 

Si le Yi concerne l’ici et le maintenant le Yi revêt également un caractère persistant et intemporel.

Par exemple, selon les sages chinois la beauté d’une chose réside en son yi. On pourrait l’interpréter comme l’intention du créateur (au sens large) dans une recherche d’harmonie universelle et intemporelle.

 

Comment se caractérise le Yi sur le plan pratique ?

Le yi et le Corps

Exemple 1 : l’intention sur une visée précise

yi quanImaginez que vous faites un acte de poussé des mains dans le vide, le fait de mettre l’intention sur un objet imaginaire à pousser, met en action tous les muscles, les tendons, les ligaments, la circulation de l’énergie vers ce but de poussée.

Un simple mouvement des bras utilise quelques muscles et le mouvement n’a qu’une efficacité limitée. Un mouvement en conscience prenant en compte tout le corps accumule l’énergie puisée dans la terre, la fait circuler et la concentre au bout de a main pour une efficacité accrue. Il en résulte un mouvement équilibré dont le rendement énergétique est bien supérieur.

Pourtant, aucune force musculaire n’est requise, en revanche on est bien dans un travail global du corps et de l’esprit.

Si on observe un pratiquant avancé de tai-chi-chuan ou Qi Gong à ce moment, on constate une augmentation de la densité de sa masse musculaire tout en paraissant décontracté et souple.

Le Yi permet ici la possibilité d’une musculation douce et un renforcement des tendons et ligaments.

 

Exemple 2 : l’intension globale

apprendre le tai chi chuanSi durant l’exécution de la forme, j’imagine que j’évolue dans une matière visqueuse, dans tous mes mouvements je ressens une résistance, cette résistance se manifeste dans toutes les parties du corps. Le fait de penser, de sentir chaque partie de mon corps apporte l’énergie par le Yi et développe le réseau du système nerveux central et périphérique. Cela aboutit à une force totale du corps, une élasticité, une densité et une résistance multidirectionnelle. C’est ce que cherche tout pratiquant d’art martial. Les bénéfices sont importants.

La répartition de l’effort économise la fatigue tout en équilibrant la circulation du Qi. L’entraînement fait surgir une force cachée intérieure qui est différente de la force brute que possède chaque homme à la naissance. Le développement du réseau du système nerveux central et périphérique peut continuer au-delà de 40 ans où tout progrès produit par l’entraînement brut sans conscience paraît illusoire.

 

Le Yi de l’attention à l’intention

 

La force de l’attention

intention et tai chiLe Yi amène à une conscience de soi dans l’univers. Ce n’est en aucun cas un isolement sur soi coupé du monde. La force de l’esprit permet le voyage interne tout en prenant en compte l’environnement parfois même dans ce qu’il a d’inconfortable ou de dangereux. Tel un aigle, réglant son vol, alerte aux dangers mais toujours fixé sur sa proie.

La maitrise du Yi commence par la maitrise de soi. De l’esprit apaisé peut émaner le YI.

 

 

La force de l’intention

Travailler le Yi a pour effet d’atteindre des niveaux de conscience toujours plus élevés dont les effets touchent le corps et l’esprit.

Un entrainement du Yi à un stade très avancé permet de diriger avec le Yi l’énergie, le Qi vers un point précis dans un but de guérison ou d’efficacité dans le mouvement (fa jing).

Le Yi dans son application la plus poussée, aboutit à la transformation le réel : par exemple dans le cas de l’hypnose, de la résistance à la douleur ou de la guérison au toucher ou à distance.

 

Le Yi obéit aux lois du Yin et du Yang.

 

Le Yi est la relation entre l’esprit et l’action, l’action modifie le réel.

 

On l’a vu, quand on met l’intention pour accomplir une action, il s’opère un changement à l’intérieur et parfois à l’extérieur. Le changement perçu est pris en compte par l’esprit qui lui même évolue. L’intention suivante découle de ce changement dans un cercle vertueux vers la pureté, la beauté de l’action et de la pensée.

Le Yi et le Qi-gong:

On utilise la forme pour capter l’intention, on utilise le Yi pour faire apparaître la forme. L’intention naît de la forme, la forme suit l’intention.

la force vient de l’esprit,

la forme obéit à l’esprit,

la forme induit la force…

 

Comment améliorer le Yi ?

yi et méditationLa méditation et notamment la méditation de pleine conscience, préconisée par Christophe André, docteur en médecine (le premier à avoir introduit la méditation en psychologie) est un entrainement pour améliorer le Yi.

 

Le travail régulier d’exercices de qi-gong et tai-chi, la pratique artistique ou sportive sont des éléments qui contribuent au renforcement du Yi si la visée n’est pas uniquement utilitariste.

Par exemple, muscler une région de son corps constitue un effort localisé important et induit un déséquilibre énergétique. Il semble important de s’interroger sur sa pratique de mesurer les effets réels sur son bien-être.

 

 

Conclusion

yi medecine chinoiseDe la même manière que l’idée précède le pinceau pour un artiste,

Pour le pratiquant des arts internes, la pensée précède le mouvement.

le soleil brille

c’est beau et inexorable…

le vent souffle

c’est beau et inexorable…

j’avais l’intention de partager ce sujet avec vous.

je vous ai écrit et vous m’avez lu.

c’est la force du Yi

c’est beau et inexorable…

 

 

Regardez aussi

Les 3 trésors du Qi Gong ou l’alchimie interne

TweetLes Trois trésors “San Bao”: Jing, Qi, Shen Avez vous entendu parler du concept des …

style chen tai chi

Chen: le style fondateur du Tai Chi Chuan

TweetLe style Chen Pratiquant de tai chi depuis quelques années, j’entame ma deuxième année dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CommentLuv badge